Vous êtes ici

Saisir notre chance

Le Président ne m’en voudra pas de rappeler, (à la réflexion, il m’en tiendra rigueur, mais tant pis !) qu’en acceptant d’assumer la charge du C.A.S.O.D.O.M. en 1993, il offrait à notre Association en grande difficulté, une première chance de se redresser, et de se remettre en état de marche, ce que beaucoup, parmi les nouveaux venus, ignorent. La situation dont il héritait, après les années glorieuses de la facilité, des prestations-voyages et la garantie-obsèques, n’était plus la même.

 

Souvenons-nous

Créé le 27 novembre 1956 conformément à la loi de 1901, reconnu d’utilité publique, le Comité a pour vocation essentielle d’aider, dans la mesure de ses moyens, à l’adaptation des originaires des quatre D.O.M. en Métropole, lorsqu’ils y rencontrent des difficultés de tous ordres (sociales, humaines,        financières ...). Vocation aussi de « créer un climat d’échanges favorisant l’insertion et la valorisation de la culture dont ils sont porteurs ». Notons que cette vocation, oubliée un temps mais en plein développement aujourd’hui, donne une nouvelle dimension et un nouveau relief à l’association, comme en témoigne l’opération en cours visant à stimuler par des prix la réussite sociale et professionnelle de ceux des nôtres qui sont en formation ou en perfectionnement.

A l’origine, le C.A.S.O.D.O.M. dans son rôle de pionnier doit faire face au problème posé par une émigration spontanée et « avantureuse » des originaires « ultra-marins », qui, pour beaucoup débouche sur un rapatriement.

Dès 1968, grâce à un partenariat avec la Compagnie Air-France, le Comité organise des voyages-vacances à tarif réduit, qui tendent à devenir une des activités majeures du C.A.S.O.D.O.M., qui, bien que populaires, le détournent quelque peu de sa véritable vocation.

A partir de 1979, avec la réduction des allotements attribués par Air-France, l’activité commence à décliner, et c’est un autre chapitre de l’histoire de l’association qui commence.

Dans la décennie qui a suivi, le C.A.S.O.D.O.M. traverse une période d’incertitudes, imputable à plusieurs facteurs : une migration mieux organisée et mieux encadrée, une évolution des besoins des Domiens, preuve d’une meilleure adaptation à la vie « Métropolitaine », un fléchissement de la contribution de nos bailleurs et donateurs ... entre autres.

Depuis 1993, le C.A.S.O.D.O.M. a retrouvé ses marques, sa véritable vocation sociale, et une situation financière plus « sereine », grâce à l’enthousiasme, à l’entregent, et au « charisme » de l’actuel Président.


C’est à nous, maintenant, qu’il convient de saisir et d’apprivoiser cette nouvelle chance, par une remise en question incessante de notre activité, une meilleure adéquation à une mondialisation incontournable, et une appropriation pertinente des progrès de ce XXIè siècle naissant ...  Le tout, au service de nos compatriotes du 5ème DOM.

Saisir, enfin, la chance offerte par Internet, cette voie royale de la communication et de la réflexion collective, magnifique occasion de donner une nouvelle dimension à notre association, et partant, un encouragement à faire plus et mieux.

... Et puisqu’il est question de chance, rappelons le conseil du poète René CHAR :
« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque . A te regarder, ils s’habitueront ... ».

 

Jean-Albert Rivierez
( janvier 2005 )